La Havane, Cuba

Bilan de mon voyage de deux semaines à Cuba

Deux semaines à Cuba, sans doute trop peu pour tirer un bilan un tantinet objectif. Et puis Cuba est un pays complexe… du moins un peu plus que les autres, je crois. Cuba me fascinait, me fascine toujours, mais de manière différente maintenant. Y retournerai-je? Je ne suis pas sûr. En attendant, c’est l’heure du bilan.

Si j’y retournais, ce serait sans doute pour découvrir l’est de l’île et ses Santiago de Cuba, Guantánamo et autres Baracoa, avant de m’échouer feliz de la vida sur l’une des plages de la province d’Holguín. Et puis SURTOUT, ça me permettrait d’écrire un second bilan!!!

La Havane, Cuba

En route vers le bilan!

En grand adepte du slow travel (à lire : «De l’importance de prendre son temps en voyage»), en deux semaines, je n’ai visité «que» La Havane, Varadero, Trinidad, le parc naturel Topes de Collantes, et Cienfuegos. Même pas la populaire Viñales, car celle-ci était prévue pour une troisième semaine que j’ai dû annuler pour motifs personnels.

Quels motifs?! On se tutoie ok, mais faut pas abuser, je vais pas tout te révéler quand même! Bon, comme j’aime bien comment tes yeux me lisent (ça c’est du compliment 3.0), en guise de consolation, je partage en exclusivité mon plus grand secret : oui, j’ai déjà fait pipi dans une piscine. Tu te moques? Va donc lire «Ces 22 secrets inavouables de voyageurs». Enfin… après avoir lu ce qui suit :

Mes tops

La Havane, Trinidad et Topes de Collantes

Ces trois endroits m’ont vraiment marqués pour des raisons bien distinctes. La Havane, pour son histoire politique. C’est la capitale, là où siège le pouvoir communiste. Là où Martí, Batista et Castro, chacun leur tour, ont exposé leur vision du monde et de la vie au peuple cubain. Et puis c’est une ville où il fait bon vivre… comme touriste.

La Havane, Cuba

La Havane

Trinidad, elle aussi, est chargée d’histoire. Un autre type d’histoire… le patrimoine, l’architecture, l’art. Célèbre pour son centre historique à l’architecture coloniale inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1988, Trinidad est sans doute la ville la plus charmante de Cuba. Ville, mais avec juste 52 000 habitants et ses rues pavées, Trinidad s’apparente plutôt à un grand village.

Enfin, Topes de Collantes, pour l’aspect nature… l’histoire de notre planète. Entre vaste végétation et piscines naturelles aux eaux claires bordées de cascades et de rochers, ce parc naturel du massif d’Escambray, réputé pour son très bon café, vaut le détour.

 

Trinidad, Cuba

Trinidad

Les casas particulares

Cuba est unique… Et cela se ressent jusqu’à l’hébergement où les options sont relativement limitées. Le touriste a le choix entre hôtel de luxe et casa particular, rien d’autre (hormis 2-3 exceptions qui ne valent apparemment pas la peine). Une casa particular, c’est une maison dans laquelle vit une famille cubaine et qui loue 1, 2, 3 chambres aux touristes en l’échange de 15 à 40 CUC (1 CUC = 1$), petit-déj (souvent copieux) inclus.

En d’autres termes, tu loges chez l’habitant. Et ça, c’est juste l’idéal pour te fondre dans la culture et les coutumes d’un pays. En plus, de ce que j’ai lu et entendu, les hôtels de luxe à Cuba n’ont de luxe que le prix… draps douteux, portes qui grincent et cafards sont monnaie courante. Cela devrait néanmoins s’améliorer au fil du temps avec la récente normalisation des relations avec les Etats-Unis.

Mais si je suis plutôt habitué aux auberges de jeunesse, aux hôtels dits de «milieu de gamme» et aux Airbnb’s «logement entier», pour rien au monde j’échangerais mon expérience au sein de ces familles cubaines. J’avais quelques a priori au début, je dois l’avouer. Les questions classiques que tout individu normalement constitué se pose (je crois) lorsque quelque chose de nouveau, d’inconnu se présente à lui.

Mais au final, l’expérience a été tellement enrichissante que l’une des raisons pour lesquelles je pourrais retourner à Cuba serait pour visiter Maura et sa famille à La Havane, chez qui j’ai passé quatre nuits, dont le passage à la nouvelle année.

Nouvel An à La Havane casa particular

Chez Casa Maura, La Havane.

Enrichissante, car, avec eux, j’ai pu discuter ouvertement de tant de thèmes qui m’intéressent mais qui ne sont pas traités par les grands médias internationaux, ou du moins orientés selon le dictat de ceux au pouvoir. Enrichissante, car ça m’a rappelé que c’est dans les choses simples de la vie qu’on trouve le plus de bonheur. Enrichissante, car j’ai pu rencontrer d’autres touristes, dont Julio et Marta, un couple de retraités argentins qui sont une représentation en chair et en os de «la joie de vivre». On a tellement discuté que j’ai déjà une chambre et une parrilla qui m’attendent le jour où je décide enfin de visiter Buenos Aires!

En bref, c’est entre les murs de Casa Maura, située dans la vieille Havane, à quelques pas du Malecón et du parc central, que résident mes meilleurs souvenirs de Cuba.

Les familles chez qui j’ai logé à Trinidad (Buri y Nesti) et Cienfuegos (Leticia y Oscar) ont également été super accueillantes, mais à un niveau légèrement inférieur à celle de Maura. Outre les ondes positives dégagées par ces familles, confort et propreté étaient au rendez-vous.

C’est pourquoi je les recommande tous! Ce ne sont pas les plus économiques, c’est vrai, mais pour 5-10 CUC de plus, je te garantie de supers moments!

Nouvel An à La Havane

Non, je n’en ai pas fini avec Casa Maura! Comme je te le disais plus haut, j’ai passé Nouvel An à La Havane. Avant de partir, c’est un sujet que j’ai googlisé 3-4 fois car je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre.

En fait, jusqu’à l’heure H je ne savais pas vraiment ce qui allait se passer. Mais dès mon arrivée le soir du 30 décembre, Maura m’expliqua qu’elle avait pour coutume d’inviter tous ses hôtes à se joindre à sa famille pour un copieux repas et marquer ainsi le passage à la nouvelle année de la plus belle des manières avec le bidon bien rempli de cochon de lait et de congri. Ah et de légumes, bien sûr.

C’est ce que j’avais lu sur internet. Les touristes dans les hôtels de luxe passent le cap entre eux (bouhhh!), tandis que les touristes en casas particulares, partagent la soirée avec leur famille cubaine. Mais j’en savais pas plus.

Le lendemain j’apprenais que Maura ne demandait pas un centime à ses invités pour la nourriture (!) et que des touristes d’autres casas, un couple de Colombiens, allaient se joindre à nous pour l’occasion… En fait, ils venaient pour la deuxième fois à Cuba, et n’avaient cette fois-ci pas pu loger chez Maura, déjà complète pour cette fin d’année. Mais Maura tenait à ce qu’ils passent à 2016 chez elle!

C’est donc assis à une grande table composée de représentants de Cuba, d’Argentine, du Brésil, de Colombie, de France, du Pérou,… et de la Suisse of course, que j’attendais tranquillement, heureux et satisfait, 2016.

Nouvel an La Havane

Nouvel An à La Havane, chez Casa Maura.

La nourriture était délicieuse, les mojitos bien chargés, et les rires, abondants. Une excellente soirée dont je me souviendrai longtemps.

Et puis savais-tu qu’à Cuba, à minuit, ils célèbrent la révolution du 1er janvier 1959? Ils s’en fichent pas mal de la nouvelle année!

Les plages

Confucius a dit «Une image vaut mille mots». En voici deux, parce que j’ai franchement la flemme d’en écrire 2000, de mots :

Plage Varadero Cuba

L’une des plages peu touristiques de Varadero. Paradisiaque.

Plage Varadero Cuba

Heure de pointe sur cette plage presque privée de Varadero.

Confucius avait raison, n’est-ce pas? Et toi, t’as sûrement autre chose à faire que de me lire décrivant comment les grains de sable blanc d’une plage de Varadero me caressaient les orteils.

La ropa vieja

La ropa vieja est l’un des plats typiques de Cuba. Datant du Moyen Âge et inventé par les Séfarades du sud de la péninsule ibérique et des Iles Canaries, ce plat à base de viande de bœuf mijotée dans un jus de tomate, poivrons, ail et oignons, entre autres, se traduit par «vieux vêtements» en français. Ce nom vient tout simplement de la manière dont la viande est coupée avant d’être cuisinée, en très fines lamelles, comme de vieux habits usés jusqu’à la corde.

où manger ropa vieja cuba

Pas très appétissant à première vue, mais les apparences sont souvent trompeuses…

Et accompagné de son traditionnel congri (servi presque à tous les repas à Cuba), c’est un délice.

Deux bonnes adresses où déguster la ropa vieja à Cuba :
Habana 61 à La Havane, Restaurante San José à Trinidad.

Mes semi-tops (le verre à moitié plein!)

Varadero

Les plages de Varadero sont magnifiques. Surtout en réservant une casa particular loin des plages bondées en face des hôtels de luxe. Mais Varadero s’arrête à ça… les plages. Le farniente est l’unique source de plaisir de ce lieu sans âme destiné au tourisme de masse, mais incapable d’y faire réellement face. On est très loin des Punta Cana et autres Cancún en terme d’infrastructures.

Si la situation géographique de ma casa particular était idéal, ses propriétaires était d’une froideur… seuls les 40 CUC de ma chambre face à la mer semblaient les intéresser. En comparaison avec les familles de La Havane, Trinidad et Cienfuegos chez qui j’avais pu loger, j’avais l’impression d’avoir changé de pays, de continent.

Et de ce qu’on m’a dit, c’est malheureusement une attitude que beaucoup de propriétaires de casas de Varadero ont envers leurs hôtes…

Mais si la météo avait été un chouïa plus clémente, je ne m’en serais sans doute pas trop plaint. Après tout, l’unique but de mon arrêt à Varadero était de m’échouer sur la plage pour y faire rôtir ma carcasse. Mais avec trois jours de pluie sur quatre (yay!), mes journées se résumaient à des siestes devant les chaînes télé du gouvernement cubain et une chaîne de sport vénézuélienne.

De temps en temps je sortais pour boire une bière ou marchais 2.5 km sous la pluie (5 km aller-retour) pour me connecter à internet et transmettre ma détresse au Vieux Continent.

Là normalement t’as pitié de moi et tu me demandes mon adresse Paypal pour faire un don. Contacte-moi.

meteo à Cuba

La plage de Varadero mais sans le soleil.

Et niveau restos et bars, tout est plus cher et moins bon qu’ailleurs à Cuba… vive Varadero!

Internet

Avant de m’envoler vers Cuba, j’avais prévenu mes proches que les communications seraient très limitées, voire inexistantes. J’étais préparé, je savais que je n’allais pas pouvoir emporter mon côté le plus geek dans mon sac à dos. Pas plus mal, il pèse pas mal celui-là!

connexion internet cuba wifi

Oui, c’est comme ça qu’on se connecte au wifi à Cuba.

Mais bon, apparemment ce côté là a contaminé l’autre, le plus décent des deux, et l’une des premières questions posées en arrivant dans chacune de mes casas fut «Et sinon, il est où le wifi?». En fait, chaque ville a son point wifi, La Havane en a même plusieurs, et les casas commencent tout juste à pouvoir installer des connections privées pour leurs hôtes. Bon, ça leur coûtera quelque chose comme 250$ par mois, soit une douzaine de salaires cubains.

Comme je te le disais, il est maintenant possible et relativement facile – en théorie – de se connecter à internet à Cuba. Il faut d’abord acheter une carte internet ETECSA à 2 CUC (valable pour 1h de connection), et ensuite localiser le point wifi le plus proche.

Sauf que… quand c’est pas la connection qui est mauvaise, c’est le système ne te laisse pas te déconnecter et qui te fait perdre tes minutes, ou encore, comme ce fut le cas pour moi à Trinidad, ETECSA n’arrive pas à faire face à la demande de cartes et te dit de revenir le lendemain.

Oui, à Cuba, en plus de la pénurie de chambres en casas particulares, et de poisson dans les restaurants dès 13h (juré!), le touriste doit aussi faire face à la pénurie de cartes internet. Cuba n’est clairement pas prête à l’arrivée massive de touristes!

La plupart du temps, il est aussi nécessaire de faire la queue au moins 20 minutes pour pouvoir acheter ce Saint-Graal. Donc un conseil… achète-en quatre à la fois (la limite par personne par transaction).

Autre conseil : n’achète pas ta carte internet dans les hôtels de luxe, ces salauds la vende à 4.50 CUC et le wifi est encore pire! Testé à l’Hotel Parque Central de La Havane!

Où se connecter à internet à Cuba :
La Havane : Hotel Parque Central; Salle d’embarquement de l’Aéroport José Martí
Varadero : A l’angle de la Calle 44 et l’Autopista Sur
Trinidad : Plaza Carillo
Cienfuegos : Plaza de Armas

Mes flops

Cienfuegos

J’avais décidé d’y passer trois jours, un seul aurait été amplement suffisant tant il n’y a pas grand chose à faire n’y à voir à Cienfuegos.

Cienfuegos, Cuba

Le «boulevard» de Cienfuegos, l’un des rares lieux d’intérêts de cette ville.

Même mon excursion à Playa Girón, la plage que la CIA avait choisi en 1961 pour son fameux débarquement de la baie des Cochons, ne m’a pas spécialement emballée… Un musée qui tombe en lambeaux et une plage affreuse, une demi-journée de perdue.

Heureusement, Leticia et Oscar, les propriétaires de ma casa particular étaient supers!

Les commerces et leurs employés de l’Etat

A Cuba, tous les commerces, à l’exception des casas particulares – qui paient tout de même une très forte taxe au régime – sont régis par le gouvernement.

Les chauffeurs de taxis ont eux aussi le droit à une certaine indépendance. D’ailleurs, j’ai pris trois fois le taxi à Cuba, et à deux reprises, j’ai eu le droit à un médecin au volant. Payés une misère, nombre d’entre-eux se réduisent à transporter les touristes. Un comble pour un pays justement réputé pour ses docteurs.

Il fait tout de même bon rappeler que c’est une équipe de médecins cubains qui a neutralisé Ebola! Tant de potentiel gâché…

Mais revenons à nos fonctionnaires de l’Etat, qu’on retrouve finalement un peu partout. Au restaurant, à la taverne du coin, au supermarché… Qui dit fonctionnaire dans un pays communiste dit sécurité de l’emploi en béton armé. C’est super pour eux (quoique!), mais beaucoup moins pour le touriste à qui l’on prodigue tout juste le service minimum.

J’en ai quitté des restaurants parce qu’on ne m’avait toujours pas apporté la carte après 15 minutes d’attente et plusieurs interpellations du serveur. Une fois j’ai même dû menacer de ne pas payer pour qu’on m’apporte enfin l’addition… J’en ai dit des Buenos días et Buenas tardes, sans rien recevoir en retour. Au supermarché, des caissières qui finissent de se limer les ongles ou qui sont en pleine conversation téléphonique alors que je souhaite payer… et j’en oublie sûrement 2-3.

Bref, difficile pour moi, peu patient, de garder mon sang froid devant tant de traîne-pattes. Et pourtant j’étais déjà pré-rôdé avec la Colombie, le Brésil et le Pérou.

Ah et attends, j’ai gardé le meilleur pour la fin.

Viazul

Viazul c’est la compagnie de bus qui dessert les villes principales de l’île. Elle est la plus connue et la plus utilisée par les touristes qui ne visitent pas Cuba en tout inclus.

Avant mon départ j’avais lu de nombreux commentaires positifs au sujet de cette compagnie. Bus climatisés, modernes, aux normes internationales. Je pensais réellement que mes voyages d’une ville à l’autre allaient être super confortables.

Etant donné que janvier c’est haute saison, j’avais réservé tous mes billets à l’avance sur internet pour être sûr d’avoir un siège assigné. J’en ai d’ailleurs fait de même avec les casas particulares, et j’ai très bien fait, sinon j’aurais dormi dehors ou dans une chambre improvisé.

Pour faire court, mon bus de La Havane à Varadero n’est jamais arrivé après avoir attendu 2h30 au terminal. Aucun employé de Viazul n’a daigné de se préoccuper des touristes et j’ai dû rejoindre ma destination à bord d’un taxi colectivo totalement improvisé avec d’autres touristes.

Bus Viazul Cuba

Le terminal Viazul à La Havane après environ 1h30 d’attente.

Ensuite, de Varadero à Trinidad, trajet qui se fait en 4h en voiture (appris par la suite), a duré 7h30 (au lieu des 6h30 annoncés sur le billet). Simplement, parce que les chauffeurs s’arrêtaient continuellement pour acheter à boire et à manger, pour saluer des amis ou pour «ramasser» des locaux le long de la route tout en leur demandant quelques pesos en échange, sans que l’entreprise Viazul ne voit la couleur de cet argent.

Face à cette situation, j’ai annulé tous mes futurs billets et demandé le remboursement de l’intégralité de mes billets. J’ai heureusement obtenu gain de cause, sauf pour le Varadero-Trinidad.

La suite du voyage, je l’ai faite en taxi colectivo. Ça m’a coûté le double, mais c’était bien plus fun!

Mais si toutes ces péripéties liées au transport ne sont pas pour toi, alors je te recommande le tout-inclus ou encore une croisière abcroisiere! Quelques agences proposent des offres de voyages originales à Cuba. Ça coutera un peu plus cher, mais tu pourras vivre tout ce que j’ai vécu à La Havane, sans les inconvénients.

Cuba vieille voiture

A bord d’un taxi colectivo.

Cuba sur Globalement.com

Mon voyage à Cuba en 33 photos

12 commentaires

  1. Mélanie P 11 mai 2016 à 11 h 22 min

    Bonjour,
    Je me permets de réagir car je suis allée à Cuba pour la première fois fin octobre à mi-novembre 2015. Je rêvais d’y aller depuis une quinzaine d’année et quand je me suis décidée une amie m’a suivi. Deux filles en sac à dos à Cuba, tout le monde nous a pris pour des “grandes malades” mais nous avons préparés un minimum le voyage à savoir destinations et ticket voyage Viazul.
    Je me retrouve dans beaucoup de chose comme l’absence de wifi, le côté trop touristes de Varadero même etc … Et j’avoue que chaque Casa particular à part une nous à fait le coup du “Ah non on est pas au courant de votre réservation, on a plus de chambre de libre mais on connait quelqu’un attendez”. Grosse chance pour nous je parle très bien espagnol et donc, à part à Trinidad, on a pas trop tenté de nous arnaquer et on a eu logement qui était même mieux pour le même prix voire 5 CUC de moins et nous avons même trouvé un “au hasard” pour Trinidad car le remplacement ne nous plaisait pas. Par contre à Vinales nous avons carrément été attendues devant le car avec une pancarte avec notre prénom puis une fois à la casa un jus de mangue tout frais. Un pur bonheur par les 36 degrés au moins qu’il faisait et nos sac à dos trop lourds pour cette chaleur!
    D’ailleurs je lis que “tu/vous” as du annuler Vinales: si tu as l’occasion de retourner à Cuba il faut vraiment le faire, pour les paysages! Je te conseille la Casa particular Las Estrellas. Un rien en retrait du “centre” du village avec une vue magnifique depuis la terrasse sur le toit. La femme cuisine très bien et en abondance comme souvent à Cuba et elle nous a conseillé un guide pour la randonnée que nous voulions faire dans les Mégotes. C’était vraiment top et étant les rares personnes à vouloir le faire à pieds et non à cheval nous avons eu notre guide rien que pour nous deux. Un paysan absolument terrible et attachant qui a répondu à toutes les questions que je lui posais pour assouvir ma curiosité (assez grande pour vérifier les infos que nous avons “au continent”). Notre randonnée devait durer 2h30 mais comme le feeling est passé direct il nous en emmené voir des habitants dans la montagne et d’autre recoins inaccessibles aux touristes. Nous avons marché 4h avec lui et acheté de super bons cigares.
    Nous avons également visité La Havane, Varadero et Trinidad. Avec une randonnée également dans le massif Escambray: des chutes d’eau de folie vu que la saison des pluies venaient de se terminer.
    Egalement une escapade pour petite pause luxe au soleil avec Cayo Blanco. Les 2 jours de pauses qui ont fait du bien sur nos 2 semaines de voyages.
    Je sens une légère déception ou un peu de scepticisme dans ton bilan et j’ai donc voulu partager mon expérience qui a été une surprise pour beaucoup de choses mais tellement agréable que j’ai adoré plus que tout et j’espère bien pouvoir y retourner pour faire toute la partie ouest de l’île.
    D’ailleurs ça fait du bien de se remémorer tous ces beaux souvenirs pour les partager. Merci pour ton article et pour la lecture de ce message 😉
    Bonne continuation dans tes voyages.

    • Jessy Caiado 11 mai 2016 à 19 h 45 min

      Merci pour ce long et très intéressant commentaire, Mélanie!

      Wow vraiment pas de chance avec les casas! A Trinidad, en janvier 2016 donc, j’ai vu des touristes qui dormaient dans le parc car tout était complet!

      J’aurais vraiment voulu visiter Viñales, c’était la partie du voyage que j’attendais le plus. Et vu comment Topes de Collantes m’a plu, je suis certain que Viñales aurait au moins égalé ce sentiment.

      Légère déception, oui. Je ne sais pas trop pourquoi, attentes trop élevées sans doute? Mais comme je le dis au tout début de l’article, «Deux semaines à Cuba, sans doute trop peu pour tirer un bilan un tantinet objectif.»

    • Julie Vanier 22 décembre 2016 à 21 h 58 min

      Bonjour! Votre voyage ressemble beaucoup à ce que des amies et moi s’apprêtent à faire dans 2 semaines. Si vous recevez ce message, répondez moi s’il vous plait, si ca ne vous dérange pas trop j’aimerais vous demandez quelques questions! Merci.

  2. Dominique MARTIN-PREVEL 11 mai 2016 à 16 h 56 min

    Bonjour,
    Moi aussi j’ai lu avec un grand intérêt ton récit de voyage.
    Sur Varadero, je crois que tu n’as pas eu de chance car des accueils très agréables en casa, il y en a. Quant à la météo, cette année El Niño s’est fait ressentir très désagréablement pendant au moins 3 mois.
    Vas sur mon blog et lis les articles que j’ai écrit sur mes 4 séjour à Cuba, les 3 derniers… essentiellement à Varadero que j’adore (http://bit.ly/1OeLjFv) et où il y a pas mal de très bons restos… privés et non publics. Oui, il y en a et on voit la différence.
    Dernier point: je n’ai eu aucun pb avec Viazul lorsque je l’ai pris.
    N’hésite pas à réagir si cela te dis.
    Dominique

    • Jessy Caiado 11 mai 2016 à 18 h 52 min

      Salut Dominique,

      Merci pour ton précieux retour d’expérience.

      Au sujet des casas à Varadero, de ce que j’ai entendu, la situation a empiré ces 3-4 dernières années avec l’augmentation du nombre de touristes… Les casas sont plus chères qu’avant et la qualité baisse.

      Toujours d’après les dires des personnes avec qui j’ai parlé dans mes casas, la qualité de Viazul a elle aussi diminuée, plus ou moins pour les mêmes raisons.

      • Dominique MARTIN-PREVEL 11 mai 2016 à 19 h 01 min

        Jessy,
        Je ne crois pas vraiment (encore) pour ce qui concerne les casas de Varadero.
        Tu as certainement vu que j’y avais passé 18 jours entre fin février et début mars de cette année…
        Amicalement.
        Dominique

        • Jessy Caiado 11 mai 2016 à 19 h 36 min

          Ah je ne dis pas que les exceptions existent! Heureusement d’ailleurs, Varadero a un sacré potentiel!
          Mais visiblement beaucoup de touristes ont eu le même sentiment que moi au sujet des casas de Varadero.

          Donc Casa Mary&Angel c’est le pied?!

  3. Dominique MARTIN-PREVEL 11 mai 2016 à 19 h 46 min

    Oui, c’est très bien et ils sont charmants.

  4. Andréa 21 décembre 2016 à 12 h 11 min

    Bonjour,

    Merci pour ce compte rendu très intéressant sur ton voyage à Cuba!
    Je suis intéressée pour y passer 2 semaines mais je voulais savoir le budget du voyage.
    Serait-il possible de connaitre l’enveloppe approximative de ton séjour?

    Merci

  5. gomez edith 29 janvier 2017 à 19 h 10 min

    je viens de tout lire et je me demande si parmi vous il y en a qui pourrai m’aider? nous partons le 13 février, 3 filles avec nos sacs à dos, nous avons réservé 3 nuits sur les deux semaines que nous allons passer là-bas, pour le moment tout à l’air correct, mais mes questions sont plutôt tournées sur les moyens de locomotions, car nous sommes à pattes…. pour faire la havane cienfuegos , que faire? bus ou taxi popular? devons nous vraiment réserver toutes nos nuitées d’avance ou pouvons nous prendre le risque de voir sur place?budget moyen journalier?enfin bref des questions de touristes…

    • Ollv 18 juillet 2017 à 10 h 17 min

      Bonjour,
      Nous partons aussi à 3 filles, tout s’est bien passé pour vous ? niveau moyen de locomotion comment avez vous fait ? et pour les hébergements faut il réserver avant ? nous y allons la première quinzaine de janvier 2018 (je commence à me renseigner) et j’ai peur qu’avec la haute saison tout soit complet :s
      Quel a été votre budget ?
      merci pour les renseignements ! Et si tu as de bonnes adresses de casas ça serait top 🙂

  6. Julia 12 juillet 2017 à 19 h 11 min

    Bonjour,

    Je viens de passé 1 semaine à Cuba, et j’ai exactement eu le même sentiment que toi.
    Il est clair que je n’y retournerais pas non plus, mais en tout cas c’était une bonne expérience et tout de même un pays à visiter 🙂

    Je pense qu’une dizaine de jours est suffisant, en 1 semaine on à visiter ce que tu à fais en 2 semaines, je pense que des endroits comme Cienfuegos ou Varadero ne valent qu’une journée c’est bien suffisant :).

    Pour nous déplacer nous avons fais appel à un chauffeur particulier un peu plus cher, mais ça nous à évité bien des galères :)! il y à ses coordonnés dans mon article sur Cuba https://morningtravel.co/2017/07/09/cuba/ 🙂

    Merci pour ton récit en tout cas, j’aurais du le lire avant de partir haha 🙂

Vox populi

Ton adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués doivent être complétés. *

Bilan de mon voyage de deux semaines à Cuba

par Jessy Caiado Durée de lecture: 11 min
12